La Stérilisation tubaire par la technique ESSURE?

15.12.2016
Trompes_gynecologues_nantes

Des questions concernant la stérilisation tubaire par la technique ESSURE ?

La stérilisation est une méthode de contraception définitive officiellement autorisée en France par la loi du 4 juillet 2001. La stérilisation féminine est réalisée en interrompant la continuité des trompes utérines. C’est dans ces trompes que cheminent les spermatozoïdes qui vont féconder un ovocyte au moment de l’ovulation.

Différentes méthodes permettent de parvenir à une stérilisation chez la femme:

Trompes_gynecologues_nantes

Une laparotomie

Initialement il était nécessaire de réaliser une laparotomie (ouverture du ventre) pour sectionner les trompes entre deux ligatures.

La cœlioscopie

Le développement de la cœlioscopie (chirurgie par l’intermédiaire d’une caméra et d’instruments de petite taille introduits dans l’abdomen par des incisions de 0.5 à 1 cm réalisées dans le nombril et au dessus du pubis) a permis de réduire les complications du geste chirurgical, de limiter la durée d’hospitalisation et de la convalescence post opératoire. La stérilisation est alors obtenue par mise en place de clips sur les trompes et restant définitivement en place, ou par coagulation et section des trompes.

La technique ESSURE

Depuis 2005 la stérilisation peut être réalisée en plaçant une caméra dans l’utérus puis en mettant en place des implants qui permettront d’obstruer les trompes en 3 mois. On accède à la cavité utérine sans réaliser aucune incision, en passant par le vagin. De ce fait cette intervention peut parfois être pratiquée sans anesthésie, ou avec une anesthésie plus légère et plus courte que pour le laparotomie ou la cœlioscopie. Néanmoins cette approche peu invasive reste une technique chirurgicale qui peut être grevée de complications. Récemment les médias ont largement communiqués à propos des risques spécifiques à la technique ESSURE. Le Collège National de Gynécologie Obstétrique Français, institution représentant notre spécialité, et établissant des recommandations quant aux bonnes pratiques médicales a publié un communiqué d’information à ce sujet. Vous pourrez le lire ci dessous. N’hésitez pas à contacter votre gynécologue à la clinique Bretéché si des questions restent pour vous sans réponse.

L’équipe des Gynécologue de Brétéché

Communiqué du CNGOF à l’attention des patientes concernées ou intéressées par la technique ESSURE

Vous avez probablement eu l’occasion d’entendre récemment les médias parler des risques potentiels d’effets secondaires suite à la pose de ces implants dans les trompes. Dans notre expérience, et conformément aux données de la littérature scientifique (résultats de plusieurs essais cliniques publiés avant et après l’obtention de l’Autorisation de Mise sur le Marché pour ces dispositifs et incluant des milliers de patientes), la fréquence de ces effets secondaires concerne environ 1,5 % des patientes. Il s’agit essentiellement de problèmes de douleurs pelviennes et de saignements qui se manifestent rapidement après la pose. Dans certains cas, et c’est l’élément nouveau apporté par certaines patientes qui se sont constituées en association, les symptômes sont plus difficiles à relier au dispositif Essure : céphalées, perte d’appétit, asthénie (fatigabilité), douleurs musculaires, douleurs articulaires, pouvant prendre des proportions invalidantes. Cela ne remet pas en question l’intérêt de cette technique qui garde une balance Bénéfices/Risques positive.