Des solutions pour traiter la sécheresse vaginale

29.01.2018
Sécheresse Vaginale

L’hydratation et la lubrification vaginale jouent un rôle fondamental dans la qualité des relations sexuelles et plus globalement dans la qualité de vie des femmes.

Au cours de la vie, certains événements peuvent altérer cette fonction. Avant tout la ménopause et la disparition de l’influence hormonale en oestrogène vont induire une atrophie vulvaire et vaginale,  une sensation de sècheresse, de perte de souplesse vaginale et d’inconfort vulvaire.

Ces symptômes peuvent également apparaitre bien plus tôt dans la vie, dès les premières expériences sexuelles, après un accouchement, suite à des épisodes répétés de mycoses ou vaginoses, après chimiothérapie ou radiothérapie.

Les ressources thérapeutiques disponibles étaient jusqu’à présent peu nombreuses : traitements locaux, crèmes hydratantes ou hormonales et, en l’absence de contre-indication, traitement hormonal de la ménopause.

Aujourd’hui, de nombreuses innovations sont à notre disposition dans ce domaine. Ces traitements ont pour but de régénérer la paroi vaginale en stimulant les cellules fibroblastiques qui la composent induisant un renouvellement cellulaire et une fabrication locale de collagène.

Issues de l’expérience en chirurgie plastique les injections vaginales d’acide hyaluronique (un constituant naturel de l’organisme), ou de graisse prélevée par aspiration sur le patient lui même redonne de l’épaisseur et de la souplesse à la paroi vaginale. L’injection de graisse apporte en outre des cellules souches qui renouvellent la population cellulaire.

Le laser et la radiofréquence appliqués par sondes endovaginales vont favoriser la fabrication de collagène, stimuler le développement de nouveaux vaisseaux , et ainsi redonner du tonus à la paroi vaginale. Cela permet également leur utilisation dans le domaine du relâchement vaginal et de certaines situations d’incontinence

Photobiomodulation

 

La Photobiomodulation par lampes LED endovaginales déclenche des réactions biologiques par stimulation lumineuse. L’application ne nécessite aucune analgésie. Outre l’action sur la sécheresse et l’inconfort vaginal les lampes LED ont une activité antalgique, anti-inflammatoire et cicatrisante qui s’applique au traitement des cicatrices douloureuses après épisiotomie ou chirurgie vaginale, et en complément de traitement par laser ou radiofréquence.

La lumiere bleue a des propriétés bactéricide, virucide, et fongicide qui permet son utilisation en cas de vaginose, vaginite, et mycoses vaginales chroniques.

Ces solutions sont disponibles, n’hésitez à en parler à votre gynécologue